CFPA-SETIFG

CFPA-SETIFG

Impératif de développer l’insertion professionnelle dans le domaine agricole

Image APS.jpg
Photo APS

 

CHLEF - Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki, a affirmé dimanche à partir de Chlef, l’impératif de développer l’insertion professionnelle dans le domaine agricole au vue de sa contribution dans la consécration de la stratégie nationale de diversification de l’économie nationale hors hydrocarbures.

 

"Nous oeuvrons à former une ressource humaine qualifiée, apte à relancer la production agricole et à générer un développement durable au profit du pays", a assuré M. Mebarki lors de la cérémonie de distribution de chèques bancaires et de décisions de financement de projets en agriculture au profit de 25 diplômés du secteur local de la formation professionnelle.

 

Le ministre a également mis l'accent sur les efforts consacrés, dans le même sens, par le secteur agricole et les différents programmes de développement visant la consécration de la sécurité alimentaire et la préservation de la ressource humaine.

 

Abritée par la maison de la culture du chef lieu de wilaya, cette cérémonie, à laquelle ont pris part les autorités locales et nombre de partenaires économiques, a vu la distribution de chèques bancaires et de décisions de financement de projets en agriculture au profit de 11 diplômés du secteur bénéficiaires du dispositif ANSEJ, contre 10 bénéficiaires du dispositif ANGEM et quatre (4) du dispositif CNAC.

 

L’opportunité a également donné lieu à la signature de deux conventions entre les CFPA de Sendjass et de Chlef avec leurs communes respectives, portant sur la réparation d’équipements scolaires.

 

Le ministre a insisté, à l’occasion, sur l’impératif consécration d’une nouvelle approche avec les opérateurs économiques, en vue, a-t-il dit, d’un partenariat basé sur "la coopération et l’exploitation commune des opportunités de formation, notamment par le développement du mode de formation par apprentissage".

 

De nombreux diplômés dans les filières maraîchère, céréalière et d’élevage ovin, présents sur place, ont exprimé à l’APS leur satisfaction à l’égard de leurs activités professionnelles respectives, dans lesquelles ils se sont investis immédiatement après l’obtention de leurs diplômes.

 

Le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels a entamé sa visite à Chlef, par le CFPA de l’Oued Fodda, au niveau duquel il s’est enquis des différentes spécialités de formation assurées. Sur place, Il a particulièrement insisté sur la "nécessaire diversification des offres de formation de manière à les adapter à la vocation de la région et aux aspirations des jeunes".

 

Les autres points inscrits au reprogramme de sa visite sont représentés par l’Institut d’enseignement professionnel de la cité Chorfa, et l’établissement régional de génie rural, où il est attendu pour l’inspection d’un groupe de 17 apprentis dans différentes spécialités agricoles. Il achèvera sa visite par l'inspection d’un complexe privé de montage de générateurs électriques.

 

Publié par l’APS le : Dimanche, 09 Décembre 2018


09/12/2018
0 Poster un commentaire

Formation professionnelle : Mebarki évalue la nomenclature des branches et des spécialités du secteur

 

Publié par Salima Akkouche  dans le soir d'Algérie du 27.11.2018 

 

Le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels a mis en place une nouvelle nomenclature des branches professionnelles et des spécialités en septembre dernier. Une fois sur le terrain, la nouvelle nomenclature a rencontré certaines contraintes. Mohamed Mebarki a réuni hier les différents acteurs du secteur lors d’une journée d’étude afin de lever les blocages.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - La nouvelle nomenclature compte 23 branches professionnelles et 478 spécialités pour cinq niveaux de qualification. Selon le premier responsable du secteur, cette dernière édition apporte des changements significatifs, à travers notamment l’introduction d’une nouvelle branche professionnelle, art-culture et patrimoine, 51 nouvelles spécialités et des répertoires dédiés à chaque mode de formation. 
Néanmoins, relève-t-il, après sa mise en œuvre à la rentrée de septembre dernier, les formateurs ont soulevé quelques lacunes pouvant entraver son application. Il s’agit, dit-il, des conditions d’accès à certaines spécialités diplômantes, fixées à la fin du cycle primaire, alors que beaucoup de candidats qui sollicitent ces formations ont quitté l’école avant d’avoir atteint ce niveau scolaire, l’indisponibilité des programmes de formation et d’équipements technique et pédagogiques pour programmer l’ouverture des spécialités nouvelles, le manque de formateurs ayant le profil pour encadrer les spécialités nouvelles, le volume horaire des enseignements prévu n’a pas pu être appliqué en raison de l’inadaptation des contenus de formation et l’élaboration de répertoires dédiés à chaque mode de formation a entraîné l’inutilisation des équipements techniques et pédagogiques lorsque la formation est prévue en mode apprentissage. 
Pour lever ces blocages qui risquent de remettre en cause l’application de la nouvelle nomenclature, le ministre de la Formation professionnelle a réuni les différents acteurs de son secteur pour débattre et arriver à un consensus sur les conditions de sa mise en œuvre. 
Mohamed Mebarki a souligné, par ailleurs, que certaines difficultés rencontrées ne relèvent pas de la méthode ou du contenu, mais ce sont des considérations pratiques qui peuvent être solutionnées au niveau local. 
Ainsi, il propose le recensement et la réaffectation des formateurs sans section, ayant le profil pour encadrer les spécialités nouvelles, d’un établissement à un autre, le cas échéant, planifier le recrutement de nouveaux formateurs dans les spécialités concernées pour les prochaines sessions. Il suggère aussi le perfectionnement des formateurs dont le profil se rapproche de la nouvelle spécialité, la réaffectation des équipements techniques et pédagogiques des spécialités de la même famille de métiers ou branches professionnelles, ou en direction des établissements n’ayant pas pu placer les apprentis en milieu professionnel et de prévoir le transfert des équipements vers d’autres wilayas, en cas de besoin.
S. A.


28/11/2018
0 Poster un commentaire

Journée de volontariat le 18 octobre 2018

A l’instar de l’ensemble des établissements de formation à travers l’Algérie, les élèves, les enseignants et le personnel du CFPA garçons de Sétif ont organisé une journée de volontariat pour nettoyer le centre et repeindre certains endroits.

 

Les photos jointes ont été prises à cette occasion.

 


23/10/2018
0 Poster un commentaire

Commémoration des événements historiques du 17 octobres 1961

Le CFPA garçons de Sétif a commémoré les événements historiques tragiques du 17 octobre 1961. A cette occasion, il y a eut la levée des couleurs, des interventions pour expliquer aux stagiaires et aux personnels du centre ce qui arrivé ce jour là aux algériens ont manifesté pacifiquement à Paris pour affirmer leur soutien au FLN et à l’indépendance de l’Algérie et une exposition de photos.

 

Les photos jointes ont été prises à cette occasion.

 


23/10/2018
0 Poster un commentaire

Rentrée de septembre 2018 au CFPA Garçons de Sétif

Au titre de la rentrée de septembre 2018, le centre de formation professionnelle et de l’apprentissage garçons de Sétif a inscrits 205 candidats en formation présentielle (résidentielle) dont 65 filles. 204 candidats ont été retenus dont 64 filles.

 

Les 204 nouveaux stagiaires, dont 64 filles, se répartissent comme suit :

-          Electricité auto : 45 stagiaires,

-          Electromécanique : 18 stagiaires dont 1 fille,

-          Pâtisserie : 36 stagiaires dont 18 filles,

-          Boulangerie Viennoise : 40 stagiaires dont 2 filles,

-          Coiffure dames : 36 stagiaires filles,

-          Magasinier : 29 stagiaires dont 7 filles,

 

Quant aux anciens stagiaires en cours de formation, ils sont au nombre de 150 dont 51 filles répartis comme suit :

-          Peinture lettres décoration : 13 stagiaires garçons,

-          Installation sanitaire et gaz : 17 stagiaires garçons,

-          Ferronnerie d’art : 9 stagiaires garçons,

-          Coutures : 18 stagiaires dont 16 filles,

-          Usinage sur tours à commandes numériques : 16 stagiaires garçons,

-          Secrétariat : 13 stagiaires dont 8 filles,

-          Electronique industrielle : 9 stagiaires garçons,

-          Informatique de gestion : 9 stagiaires dont 5 filles,

-          Suivi des réalisations en bâtiment : 22 stagiaires dont 4 filles,

-          Tailleur dames : 10 stagiaires filles,

-          Comptabilité  14 stagiaires dont 8 filles.

 

Au total, 304 stagiaires sont en formation présidentielle depuis le 23 septembre 2018.


23/10/2018
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Enseignement & Emploi pourraient vous intéresser